samedi 31 décembre 2011

PORTRAIT : MONOGRENADE, LA FOLK LIBRE

Un concert aux Bars en Trans à Rennes en décembre 2011, suivi d'articles élogieux dans Les Inrocks et Next, et voilà que Monogrenade réalise ses premiers coups d'éclat lors de son passage en France. Le quatuor Montréalais reviendra en 2012 déployer toute la palette atmosphérique de sa folk libre aux tentacules électro, chanson, pop ou rock avec la sortie de son opus "Tantale". Portrait d'une des sensations de 2012.


Le grand "ce soir". " Ce soir", single entêtant et premier clip réalisé en stop motion par Christophe Colette, frère du batteur, mettra le feu aux poudres en premier lieu dès juillet 2009 au Québec. "La saveur des fruits", premier e.p. vendu sur les plateformes digitales, donnant antérieurement son appellation, mélange lo-fi fruité, au groupe. En février 2010, ce dernier se lance pleinement dans l'aventure en participant au concours des Francouvertes à Montréal . L'effet se fait sentir, ça buzze. "C'est un évènement bien médiatisé avec une grande salle de plus de 300 personnes. Ça été assez vite. De nombreuses personnes avaient hâte de nous voir suite au clip de " Ce soir" même si on n'avait pas encore totalement l'expérience. Comme on manie aussi de l'électro, les premières scènes étaient un peu chaotiques. La question de savoir comment on fait les chansons sur scène est arrivé après avoir composé. On élabore notre musique sans se mettre de barrières. On a quand même terminé dans les trois premiers " souligne Matthieu Colette (batterie, programmation electro). "Tantale", leur premier album se place dès mars 2011 dans les oreilles québécoises. La notoriété monte en puissance comme le groupe qui vient en France en octobre 2011 à la galerie W puis pour des concerts en appartements. Une semaine à Paris. " Le vrai spectacle fut la première partie de Moriarty au Divan du Monde, puis à la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand, celle de Lily Wood and The Pricks, salles combles, bonnes réponses, bons retours, 8 spectacles en 8 soirs. Puis les Transmusicales de Rennes avec un beau retour presse. Le nom a circulé. Pour nous, c'est génial." rapporte François Lessard (basse).

Monogrenade est un joueur de fond de cour, il pratique un jeu régulier puis accélère, met la pression et se lache dans un coup droit violent lors d'une montée au filet. Pour marquer le point et surprendre son adversaire. Leur folk volubile et délicate, tricote les arpèges, enchevêtre des cordes (violons, violoncelle) exaltantes, développe des nappes électro et varie les climats entre propos mélancoliques et éruptions bruitistes de guitares. « Nous avons enregistré à Piémont, près des Laurentides, à 45 minutes de Montréal dans un studio, un endroit paisible. Pour s'isoler, pour ne pas avoir le stress de la ville, pas d'horaires fixes, en liberté totale. On voulait aller à notre rythme, souvent nous avons enregistré la nuit, vers les 11 heures le soir. Dans la vie, nous sommes des gens qui nous levons tard, notre rythme de vie est déjà en décalage. C'est donc plus naturel d'enregistrer la nuit, comme si on était seuls pendant que tout le monde dort. On y est resté sept semaines. Nous avions presque tout composé, musique et textes avant de venir. Nous avons juste réalisé 2 autres chansons en studio. « Immobile », par exemple, a été faite de bout en bout lors de l'enregistrement. On étaient heureux mais il y eu plusieurs ambiances, beaucoup de nuances, doux parfois, énervés parfois, comme nous. Les climats de notre disque reflète ce que nous sommes" explique Jean-Michel Pigeon (chant, claviers, guitares)


Nouvelle scène francophone québécoise. Dans une lignée musicale des britanniques Tuung, ou américains Other Lives qu'ils ont découvert récemment ("on a senti une certaine ressemblance avec nous"), les membres de Monogrenade  composent cependant uniquement en français, sous la plume de Jean-Michel Pigeon. "Nous sommes des francophones, nous parlons français, pensons français, aimons la langue. Nous avons donc un intérêt à la défendre. Il n'y aura pas de chansons en anglais. On est québécois avant tout. Pas américains. Nous sommes résistants, 5 millions de francophones entourés d'anglophones." Mais si la langue de Molière (ou de Jacques Cartier) est prépondérante, elle ne se déploie qu' une fois la musique composée. "Il n' y a pas de concept défini, ça part toujours de la musique, de la mélodie, c'est un peu impressionniste, des images se traduisent en mots. La musique inspire le texte. C'est un travail d'écriture très musical. Il est important que chacun y voit sa propre histoire, ses propres évocations imaginaires, ses images, son interprétation". Monogrenade semble ainsi partie prenante d'une scène montréalaise francophone qui tire son épingle du jeu. "Il existe une super scène underground. On s'est longtemps fait bombarder par des chansonniers, de clichés de chansons francophones, y'en a un peu marre de Céline Dion et tout çà. Une nouvelle scène apparaît, depuis quelque temps.  Malajube par exemple a fait du défrichage et apporté un vent de fraicheur ". Que le groupe québécois propage à sa manière, libre comme ses airs grisants.

En 2012, Monogrenade livrera, avec "Tantale" (sortie française), sa folk électronique désinvolte, passant d'une douce transe bercée de cordes à un lâcher-prise rock sans dépareiller, imprimant sa marque dans nos oreilles, explosant au fil des écoutes de lancinants éclats mélodiques sous-cutanés.




jeudi 22 décembre 2011

NOVALIMA, C'EST LE PEROU ELECTRO & ANCESTRAL

Karimba sera le 4ème opus de Novalima sortant en janvier 2012. Fusion des rythmes afro-péruviens et latins alliés au groove dub, reggae, house, hip-hop, funk, ou soul, la musique de Novalima, fondé en 2001 par 4 péruviens voyageurs, est un savoureux mélange aux racines riches. Soulignés par des apports électroniques discrets et pertinents, les cuivres ardents chaloupent des percus fringantes, guitares alertes et basse remuante emportées par la fougue de chants entêtants (de la tonitruante Rosita Guzman notamment). Novalima ravive ses contrées ancestrales (rythmes traditionnels Panalivio, Zamacueca, Inga et Todero), perpétuant ainsi l'héritage noir et les esprits de transe, tout en proposant des visions et sonorités totalement modernes. Les 12 titres de Karimba sont les premières excellentes réjouissances de 2012 à écouter sous le bonnet (péruvien de préférence).


Vous pouvez d'ores et déjà télécharger "Festejo" en cliquant sur le j'aime (vraiment) de leur page Facebook et voir ci-dessous leurs formidables prestations live.
> "Festejo" puis "Candela" et "Machete" de précédents opus



mardi 6 décembre 2011

L' ELECTROPICALE DE MAKOSSA & MEGABLAST

Poulain depuis 2007 de l'écurie G-Stone, conduite par les deux experts en viennoiseries electro, Kruder et Dorfmeister, le duo Makossa and Megablast sort son 2ème opus "Soy como soy". Assemblage délicat d'électro, de dub, de house et de vibrations afro-beat, latino ou ethniques, l'ensorcelant "Soy como soy" est nappé de vapeurs tropicales confinant à la transe. Proches des contrées d'Osunlade, Makossa and Megablast soufflent le chaud pour avoir le vrai groove, véritable invitation à la danse. Des pulsations hypnotiques nous enjoignent à nous poser ou à nous livrer à la transe.  Hubert Tubbs de Tower of Power est aussi invité pour sa chaleureuse collaboration vocale. Le disque qui pourrait vous réchauffer les oreilles en période de grand froid. 



vendredi 2 décembre 2011

"MY GOD IS BLUE" : MAIS SI, C'EST LE PROCHAIN SEBASTIEN TELLIER EN MARS 2012

C'est en Mars (le 20 exactement) et non sur Mars comme certains esprits mal intentionnés pourraient affirmer, que Sébastien Tellier livrera son nouveau disque, "My God is blue". Selon ses dires, ce nouvel ouvrage serait "comme la première pierre d'un chantier beaucoup plus vaste. Un chantier qui ambitionne rien moins que de changer en profondeur notre vision notre rapport au monde et aux êtres". Ok, donc tout va bien, ce n'est pas la fin du monde en 2012 mais l'avènement d'une nouvelle ère. Cool, Sébastien. Et musicalement ? Et bien, ce disque est semble-t-il le plus abouti et le plus profond de l'homme à la barbe. Notre frenchy est en grande forme spirituelle car il déclare enfin : "N'écoutez pas mon disque, écoutez mon message, entrez en vibration avec ma musique, fusionnons nos rêves, propageons ensemble cette énergie communautaire en un immense vague bleue qui irradiera le monde et les vérités apparaitront". Message délirant, messianique, paranoiaque ? message subliminal pour faire gagner le parti dont je mentionnerais uniquement les initiales (u.m.p), chef d'oeuvre visionnaire et spirituel ? Le mystère planera totalement jusqu'au 9 janvier, date à laquelle se dévoilera le premier message bleu qui éclairera nos lanternes bien terre à terre. Mais si, c'est vrai. 

jeudi 1 décembre 2011

CHRISTINE : L'ELECTRO A FOND LA CAISSE

Aeon Seven et Kunst Throw, dj rouennais, sont Christine. Depuis plus d'un an, ils customisent l'atmosphère des BO de films d'horreur, répandent des trainées d'acid, crachent des fumées de house, font crisser le rock sur des chaussées electro endiablées et font vrombir des beats hip-hop mordants. A l'instar de l'héroïne du film de John Carpenter, adapté d'un livre de Stephen King, Christine se jète à corps-perdu sur la route de la danse, dans une course folle, séduisante et effrayante. Cousine de Justice, Sebastian ou de Goose, elle s'est déjà fait remarquer pour bonne conduite avec ses remixes ou ses compos fracassantes. Ce soir, la demoiselle sera aux Transmusicales de Rennes, sur la scène du Liberté vers les 2h30 du mat'. N'ayez pas peur, Christine est la terreur des pistes de danse. 
> Titres et remixes de Christine puis le mix spécial Transmusicales de Rennes














Christine - Exclusive Mix for Trans Musicales 2011 by Trans Musicales

mercredi 30 novembre 2011

RWAN DEVIENT "PEAU ROUGE" EN 2012

Le chanteur du groupe Java refait son apparition avec la sortie de sa 3ème réalisation solo en janvier 2012 après ses 2 "Radio cortex". "Peau rouge" lance des flèches d'humour, lache des pics de réalisme social ou politique et nous emplume d'ironie, de poésie et de gouaille grâce aux textes affûtés du chanteur et de son phrasé rap-titi-parisien.  Comme il avait déjà précédemment revisité le "Laisse béton" de Renaud, il revoit ici joliment sa copie non-conforme de "Variations sur Marilou" de Gainsbourg avec ses "3 fées". L'épatant R.wan fait donc triplette en variant les formes et les styles pour affiner le sien et pour notre plus grand bonheur. Avant de le voir faire l'indien sur scène !
> 2 extraits de "Peau rouge" et "sous cacheton de Radio cortex en live


  Latest tracks by Chapter Two Records

mardi 29 novembre 2011

EL CAMINO : LE 7ème ALBUM DES BLACK KEYS

Le duo blues-rock de l'Ohio, The Black Keys, livrera sa nouvelle galette le 6 décembre. Toujours aussi enjoués et contagieux, les 2 joyeux lurons proposent d'ors et déjà un premier titre "Lonely boy" qui annonce la couleur, des guitares hirsutes qui pètent la forme. La première livraison de l'album "El Camino" fut formidablement précédé par une annonce en forme de pub de voiture présenté par l'excellent comédien Bob Odenkirk, récemment aperçu sous les traits de Saul Goodman, l'avocat véreux de la série Breaking Bad
> En rappel, "tighten up" extrait de "Brother, le précédant opus.








samedi 26 novembre 2011

VOLFONIQ : DU DUB AUX COULEURS DU MONDE

Alors que le Telerama Dub Festival tire sa révérence pour sa neuvième édition en cette soirée du 26 novembre, un ancien visiteur du soir du festival en 2010, Volfonig, a le bonne idée d'offrir gratuitement à nos oreilles "Ernest", son premier véritable opus, rempli de dub empreint de couleurs du monde (balkans, inde,..) et d'électro. L'artiste, originaire du sud de la France, montre depuis 2004 (entre live et collaborations) que ce style de reggae instrumental peaufiné d'effets a bien une existence bien réelle dans l'hexagone (Zenzile, Molecule, 10 Dubians, HignTone, Ezekiel,...) et n'a pas pas rougir de la comparaison avec leurs (com)frères jamaïcains ou anglo-saxons. Après la french touch, le french dub n'est pas un pétard mouillé mais une bien belle forêt qui pète le feu.





mardi 22 novembre 2011

RODRIGO Y GABRIELA A LA SAUCE C.U.B.A.

La paire mexicaine Rodrigo y Gabriela, excellents guitaristes virtuoses, adeptes d'un rock acoustique, a annoncé la sortie d'un nouvel album le 23 janvier 2O12 : "Area 52". Particularité de cette nouvelle réalisation, Rodrigo Sanchez et Gabriela Quintero ont enregistré en compagnie d'autres musiciens et pas des moindres : un orchestre des 13 meilleurs jeunes musiciens cubains de la Havane, le C.U.B.A.. "Area 52" sera donc un mélange de saveurs cubaines, latines, jazz (cuivres, percus, piano,...) agrémentées de leurs performances acoustiques mais aussi de voix. Ils nous donnent un bel avant-goût de ce voyage musical.











mardi 15 novembre 2011

AU PAYS DE MAIA


Un petit brin de femme, dans la lignée vocale/musicale de Feist ou Moriarty, avec son propre univers, cristallin, onirique, poétique. Maia Vidal, ex-Your Kid Sister, sort son premier album God is my bike. Sa voix délicate au timbre singulier imprime sa couleur sur ses chansonnettes, qui, telles des mignonnettes alcoolisées, apportent une légère ivresse. Elle joue du violon, de l'accordéon, du piano-jouet et de la guitare, seulement accompagné par Marc Ribot sur 2 morceaux et Giuliano Gius Corbelli à la trompette et à la batterie. Née aux Usa de parents franco-espagnol et germano-japonais, Maia Vidal livre des comptines brumeuses, bucoliques, mélancoliques, modernes sur lesquelles il faudra compter. Au pays de Maia, une hirondelle fait un beau printemps.



Maïa Vidal (Alphabet of my Phobias) from The Furious Sessions on Vimeo.



jeudi 10 novembre 2011

SAMSARA, LA BO SIGNEE DJ ZEBRA

Auteur de tonitruants bootlegs, Dj Zebra (évoqué ici dans un portrait) a cette fois-ci composé la bande originale du film documentaire "Piégés" réalisé par Jean-Sébastien Desbordes et Vincent Nguyen et raconté par Laurent Delahousse, diffusé sur France, jeudi 10 novembre à 23h10. Moins dans un registre rock, le musicien a ciselé en 7 titres des ambiances orientales marinées de volutes rock psychédéliques aux saveurs envoûtantes. Un beau travail qui démontre encore une fois qu'il n'est pas uniquement le "Monsieur Bootleg à la française" mais un véritable artiste compositeur aux multiples facettes.
> Regardez la bande-annonce de "Piégés" puis écoutez la BO "Samsara"


Piégés from MagnétoTV on Vimeo.

mercredi 9 novembre 2011

US3, UGLY DUCKLING & A TRIBE CALLED QUEST : QUAND LE HIP-HOP FAIT DU (BON) RAB

C'est dans les vieux pots (et avec les les meilleurs potes) que l'on fait les meilleures soupes. Avec tous quasiment 20 ans au compteur et autant de bons et loyaux flows, rythmes et scratchs au service du hip-hop, les voici de retour. 
US3, tout d'abord, formation londonienne puisant dans le jazz pour mieux le morceler en hip-hop, propose un très bon 8ème opus "Lie, cheat and steal". Le fondateur Geoff Wilkinson a su s'entourer des vocaux du New-yorkais d'origine porto-ricaine Oveous Maximus et du britannique Akala. La fine fleur des claviers de Londres, le concours du saxophoniste Ed Jones et du trompettiste Bryan Corbett ont ensuite ajusté le tir. 
> Puis le trio de vilains petits canards californiens Ugly Duckling, effectue un retour marquant avec "Moving at Breakneck Speed", taquinant le micro avec brio, servi par des rythmes bondissants, des cuivres d'épices variées et des tempo groovy. 
> Enfin, l'ex-combo de Q-tip, A Tribe Called Quest, de New-York, revient à l'affiche avec un documentaire de Michael Rapaport, "Beats, rhymes and Life : The Travel of A tribe called Quest" retraçant son parcours et son influence sur de nombreux acteurs du hip-hop actuel (The Roots, Beastie boys, Pharrel Williams,...). 
> Ecoute de l'album de US3 : http://soundcloud.com/us3-1/sets/lie-cheat-steal-edits/s-3gTfD
Puis video de "You can't hold me down", présentation de Ugly Duckling suivi de 2 vidéos. Bande-annonce de "Beats, rythmes and life..." et rappel en vidéo de 2 morceaux de A Tribe Called Quest























vendredi 21 octobre 2011

PORTRAIT : NASSER, LA FIESTA DU SUD

La fiesta électro-rockLes riffs de guitare se fracassent sur la foule qui tangue, la batterie martèle bille en tête et des bourrasques de sons acides démangent les corps en transe. Depuis des mois, le trio marseillais Nasser n'arrête plus de parcourir la France, de lâcher sa déferlante électro-rock de concerts en festivals, abreuvant le public d'un son puissant et d'une machine à danser.  "On vit une expérience humaine et artistique incroyable, je pense même qu'on ne réalise pas encore vraiment ce qui nous arrive." commente Romain, l'homme derrière les machines. Une musique qui prend toute sa mesure en live. "Ça nous est apparu comme une évidence . De toute ma vie, je n'ai rien connu de plus fort en terme d'émotions, qu'un live. Essaye d'imaginer ce que ca peut provoquer de voir 4000 spectateurs en sueur, le visages rougi, tant d'yeux qui brillent en te regardant, un adolescent qui hurle son excitation, et tout ça grâce à ta musique. C'est juste incroyable !" Avec un disque au compteur, "4#", Nicolas, Simon et Romain (les initiales N, S et R en filigrane de Nasser) impriment leur marque, posent leurs jalons et imposent leur musique. Ils joueront ainsi à domicile lors de la Fiesta des Suds, samedi 22 octobre. "Concernant nos débuts a Marseille, il y a un proverbe qui dit "nul n'est prophète en son pays". Mais on peut y désormais y ajouter : « Certes, mais ça ne dure qu'un temps ». 

Fils de pub et frères de sons. "Imaginons un long métrage avec Abel Ferrara à la réalisation, John Carpenter qui prendrais en charge la bande son et Bertrand Blier aux dialogues... Voilà c'est ça notre image". Doublezero, pseudonyme sous lequel Nico et Romain réalisent des films dans la boite de production Partizanet Simon se rencontrent il y a 5 ans, quand ce dernier composait alors la musique des publicités des premiers. "Quelques nuits d'ivresse plus tard est né le projet Nasser". A environ 30 ans, les trois gaillards se lancent alors dans l'aventure avec comme postulat de base, « Si tu as envie d'un truc, que tu te donnes les moyens de tes ambitions, alors tout est possible. On ne fait que ce qu'on aime faire. Donc on travaille beaucoup puisque c'est un kiff." Exigeants, assidus, ils poursuivent au fil des concerts à viser le top, à rêver en grand. De nouveaux morceaux se profilent : "On compose pleins de tracks que l'on adore. On va d'ailleurs en tester prochainement sur scène. On prend de nouvelles directions, on est en pleine confiance, et ces titres sont, je pense, meilleurs, plus cohérents, aboutis..." L'écriture du premier opus, composée de textes courts, efficaces, bâtis comme des accroches publicitaires évolueront également. "En ce moment je me dirige vers des choses plus longues, plus abstraites aussi. " De bon augure pour un groupe qui a réalisé une petite révolution électro-rock, avec de beaux lendemains qui chantent...en dansant. Come on !



NASSER Live @ Marsatac 2010 par reseaumarseillais



jeudi 29 septembre 2011

NATACHA ATLAS REMISE EN PISTE (DE DANSE)


L'anglo-égyptienne Natacha Atlas bouscula les frontières musicales dès 1993 avec son premier groupe Transglobal Underground, fusion des sons mondiaux, tant occidentaux qu'orientaux mâtinés d'électronique et d'instruments variés. Le grand mix planétaire.  En solo depuis 1995, elle est, lors de ces deux récents albums solo, Ana Hina et Mounqaliba, revenu à des mélopées acoustiques, plus traditionnelles avec orchestres à cordes, de chambre et chants, reflet de ses différentes cultures. Les remixes de Mounqaliba-rising sont à nouveau l'occasion de faire bouger les gambettes sur les pistes de danse. Ambient, electronica, techno, dub, hip-hop, transe,...: tous les éléments musicaux de Natacha Atlas sont retournés par Beats Antique, Nickodemus, Bombay Dub Orchestra ou encore Earthrise soundsystem, Kaya project,... sur 14 plages variant les ambiances les plus calmes ou groovy jusqu'aux fougueuses bourrasques technologiques. Pour le plaisir de nos oreilles. Vous pouvez d'ailleurs télécharger gratos le titre suivant Batkallim réinterprété par David Starfire. Les autres morceaux sont écoutables ici



mardi 6 septembre 2011

OTHER LIVES : VOYAGEURS MAGNIFIQUES

Other lives, origine : Stillwater, Oklahoma. Destination inconnue. Perdu dans l'espace, entre la folk et le post-rock, dans les limbes de Radiohead, Sigur ros ou Godspeed You! Black Emperor ou Dark Dark Dark, le quintet américain nous promet le lune. Et nous la côtoyons à l'écoute du second opus du combo Tamer animals, emportés par les mélodies riches, les orchestrations lumineuses et le road-trip sur les chemins de l'imagination, de la douce mélancolie et du lyrisme chatoyant. Ensorcellant, obsessionnel, enivrant, ce disque de la rentrée est d'une beauté à nous tourner la tête, nous plongeant dans une félicité jouissive et dont l'empreinte sensitive risque de nous poursuivre longtemps, longtemps,...  
> Le magnifique titre "For 12" illustre parfaitement ce voyage inter-sidérant auquel nous convie Other lives. Puis cinq titres live.







mardi 30 août 2011

PORTRAIT D’ÉTÉ : LADYLIKE LILY

I'm not "scaer" anymore. Seule sur scène, ce petit brin de femme, balaye timidement la foule amassée sous le chapiteau du Cabaret breton aux Vieilles Charrues, en ce dimanche 17 juillet 2011. "Le projet est né l'an dernier mais au départ je ne voulais pas faire cela en solo, ça me faisait peur de monter sur scène puis peu à peu j'y ai pris goût, je me suis professionnalisé et j'ai foncé un peu tête baissée". Par sa voix, le charme opère, les petites mélodies cristallines, malicieuses, les saynètes soyeuses remplissent l'espace. Quelques notes électro zèbrent ses boucles éthérées. Pour sa troisième grosse date après les Transmusicales de Rennes et le printemps de Bourges, Ladylike Lily s'affiche seule et affirme son style. Exit les premières formations "Ma veuve blanche "ou "Youth Less". "Il y a eu des rencontres, des gens qui m'ont conforté dans cette voie". Dans une folk acoustique à la voix proche de Bjork (sans les éxubérances), dans la lignée de l'écurie 4ad féminine (Belly, ...), la jeune chanteuse a écouté autant de folk irlandais (mère harpiste) qu'américain, de chansons française ou de rock. "C'est un mélange de plein de styles différents. J'ai intégré toute ces données, je m'en suis nourri puis il en est ressorti ce que je fais aujourd'hui, de la pop-folk". La fille de Scaer (Finistère) manie alors sa folk champêtre, bucolique, jouant de la guitare, du clavier et activant une pédale de boucles qui enchevêtre ses univers aériens. 
She's a lady, lily. Entre poésie et mélancolie, ses mélodies pastorales content les joies et les peines de l'existence, celles de l'enfance et de l'amour. Un univers intimiste "féminin, sensible et doux". Orianne Maesilli est devenu Ladylike Lily, femme-enfant, qui offre un voyage entre maturité et spontanéité. Du haut de ses 25 printemps, elle a su développer son pays des merveilles. Les petites chansons écrites dans sa chambre s'étalent au grand public, celui qui, du bouche à oreille, de myspace aux premières parties de Moriarty, Yodelice ou Zaz, découvre ses atmosphères velouteuses et sa façon de chanter avec douceur dans la langue de Shakespeare. Un premier ep éponyme de 5 titres, sorti en décembre 2010, l'expose alors encore davantage. "C'est une carte de visite pour les professionnels et un petit souvenir pour les gens après les concerts". Et si les grosses dates commencent à se multiplier, elle ne néglige pas pour autant les "petits concerts". "Je tiens à respecter le public qui vient comme çà dans un bar pour une petite date, j'aime voir la tête des gens, qu'ils soient nombreux ou pas. Je prend le temps de discuter avec le public après le concert, c'est quelque chose auquel je tiens vraiment pour garder le lien. J'aime la scène de plus en plus." On commence à croire qu'elle y fera un bon bout de chemin et deviendra une jeune dame de la chanson.


LadyLike Lily - Creepy Bird from Simon Guyomard on Vimeo.



ladylike lily - pearl and potatoes from Clement Gino on Vimeo.






jeudi 25 août 2011

"MY WILDERNESS" : LE NOUVEAU PIERS FACCINI

Le chanteur-auteur-compositeur britannique Piers Faccini nous avait régalé les oreilles avec "Two grains of sand" en 2009. Il dévoilera "My wilderness', son 4ème opus, le 26 septembre. Le charme est intact : la voix sur la corde, tant fragile que puissante, la musique égrène ses grains de sons, du blues du delta aux rivages du mali, du folk du désert aux contrées anglophones, en passant par une trompette rom (d'Ibrahim Maalouf) ou un chant napolitain. Plus charnel et libre que jamais, Piers Faccini s'est entouré de ses amis musiciens (Vincent Ségal, Jules Bikoko, Rodrigo d'Erasmo, Makan Tounkara, Simone Prattico) pour semer ses idées et récolter les fruits de son univers. Avec "My wilderness", le musicien s'aventure en terrain sauvage mais n'a perdu ni ses repères ni sa boussole. Il sait nous guider sans nous forcer l'oreille, agréable, mélancolique, enjoué, surprenant. Bienvenue en terre inconnue.
> Tribe, 1er extrait de "My wildderness" (lien audio myspace ci-dessous), puis anciens morceaux "the wind that blows" et "your name no more" de "Two grains of sand" dont on suit la génèse dans la troisième vidéo.

Tribe par Piers Faccini


PIERS FACCINI - THE WIND THAT BLOWS from KIDAM on Vimeo.


Piers Faccini - Your Name No More / The Wind That Blows - A Take Away Show from La Blogotheque on Vimeo.


EPK Piers Faccini - Two Grains of Sands from KIDAM on Vimeo.


lundi 25 juillet 2011

MIOSSEC : GROS TEMPS POUR SEPTEMBRE

Avec "Finistériens", Miossec semblait arriver à un tournant, à un cap. Ca tenait encore la route mais ça commençait à ronronner, trop dans le style. Et voilà que s'annonce un nouvel opus pour le 12 septembre : "Chansons ordinaires". Le Brestois a changé d'équipe de musiciens pour se mettre en danger, se lacher dans la tempête rock où les guitares grondent comme le tonnerre de sa ville native. Des vents vifs, qui claquent en pleine figure. " C'est un disque impulsif, avec du ventre". Le premiers titre annonce la couleur : temps gris et lourd avec quelques éclaircies à l'horizon. Textes incisifs, mots secs et directs, qui font mouche. Miossec se régénère et nous avec. Gustave de Kervern, personnage de Groland et réalisateur avec son acolyte Bruno Delépine, est venu à Ouessant. "Chansons  pour les amis" est l'illustration visuelle du premier titre. On va enfin pouvoir aller boire un coup ! A ta santé, Miossec.

mercredi 20 juillet 2011

PORTRAITS D'ETE : DJ ZEBRA

Dj Zebra en répétition avec le Bagad de Carhaix avant leur concert du 16 juillet 2011

1. PLATINES ON THE ROCK
En guise de cadeau d'anniversaire, samedi 16 juillet, il s'est offert les Vieilles charrues.  Cerise sur le plateau, "Le picardo-bretonno-parigot" né dans la Somme, Dj Zebra, s'est associé au Bagad de Carhaix pour intégrer les bombardes à "Right here, right now" de Fat Boy Slim, revu les Daft Punk sous cornemuses et percussions, ou encore revisité Arno, Iggy Pop, AC DC, The Doors, Depeche Mode.... " C'est un groupe de rock avec des musiciens de bagad que j'utilise comme une section. Je leur fais jouer des thèmes qui ne sont pas bretonnants. Ce n'est pas ringard, ni plouc mais totalement vivant". Aussi étonnant qu'inédit tant la connexion prend remarquablement corps.




> Remix la culture rock. Le breton adopté se fit d'abord connaître pour ses bootlegsmélange de morceaux (2 ou 3 pour n'en faire qu'un), avec les Zebramix qu'il réalise pour la radio rock parisienne Oui FM en 2003. "La notion de sampling, de prendre des échantillons des autres, a commencé en 1993 avec le groupe Billy Ze Kick et les Gamins en folie, je trouvais ça drôle. Je voulais faire de la musique sans tabou, prendre la musique des Doors par exemple et en faire ce que je voulais. Il y avait une démarche libre, joyeuse et festive. Je suis alors arrivé presque par hasard aux bootlegs. Ça a débuté en faisant des mélanges chez moi,  puis en 1990 avec l'arrivée des bootlegs anglais, je me suis lancé mais avec des groupes ou artistes français. Aucun dj ne passait du rock français en boîte, c'était pas permis. Donc j'ai tenté le coup. Oui FM m'a suivi car ils trouvaient que c'était du djing rock. J'ai fait près de 500 bootlegs pour l'émission et le live. Mais là je suis arrivé en bout de course". Pour varier la formule, il invite alors des chanteurs comme Cali, Axel Bauer ou des musiciens comme Denis Barthe de Noir Désir pour jouer en live avec lui. "Je suis devenu le dj du milieu rock, car j'en faisais à la base, je ne voulais pas être dj de discothèque"


ON STAGE WITH ZEBRA from Zebra on Vimeo.
> Provoc'n'roll. "Ce qui m'a toujours amusé, c'est de choquer les gens. Au début des bootlegs, c'était un peu difficile, parfois je me faisais siffler. Certaines personnes étaient très hostiles, limite cassage de gueule : "T'as pas le droit de faire çà, mélanger ma chanson préféré à un truc ignoble". D'autres personnes trouvaient çà drôle, inédit, c'était une révélation pour eux. Ça m'amusait car ça ne laissait personne indifférent. De plus, pour moi, c'était le vrai mouvement musical des années 2000. On était dans le fantasme, le détournement, quelque chose de piraté et de fun. Et le fait qu'il n'y est pas eu de disque, c'est bien en fait, car c'est resté un mouvement libre, anarchiste et vraiment punk."


Live Dj Zebra from Hugues Bougouin on Vimeo.

2. SORTIR DES ZEBRA(MIX)
Avec son faux air de Bruno Salomone, Antoine Minne sort aujourd'hui du (dj) Zebra pour renouveler sa formule. "Je suis dans une autre forme de démarche, celle de monter des projets comme celui de Carhaix. Je suis revenu à l'expression instrumentale." Et comme la p(l)atine du temps a fait le sien, il terminera prochainement sa vie de dj "bootlegs" par une ultime série des soirées mix. Ensuite, il se présentera avec un orchestre d'harmonie (ensemble de cuivres) au festival de jazz de Nimes le 22 octobre, "quelque chose de plus cuivré". Il a composé également "Bubbles", la bande originale du film "Les enfants du nouveau monde", et celle qu'il fera prochainement avec le même réalisateur Jean-Sébastien Desbordes s'intitulant "Happy New year" (diffusé à la rentrée sur France 2). Il s'amuse aussi à réaliser un intéressant hommage à Gainsbourg pour les 20 ans de sa mort, augurant d'une nouvelle tournure de son travail. "Ce sont des ouvertures qui m'intéressent mais je veux aussi proposer mon propre répertoire, mes compos, pour prouver que je ne fais pas que du mix, que le projet peut s'exporter ailleurs." Ouvert sur l'avenir sans en avoir dessiné les contours à long terme, dj Zebra semble perdre petit à petit ses 2 premières lettres de noblesse tout en (re)gagnant ses galons de musicien qu'il n'a jamais cessé d'être. Il est le liant entre la culture rock passée et l'avenir du son. Il pratique la musique comme il se joue d'elle sans se prendre ni perdre la tête. Entre création, réinterprétation, jeu, plaisir et rock'nroll. Il est libre, (zebra) mix, y'en même qui l'ont vu jouer. J'adooooooore, 1,2,3,4...


ZEBRA Bubbles - teaser 1 from Zebra on Vimeo.


JE SUIS REVENU VOUS DIRE ... GAINSBOURG from Zebra on Vimeo.

jeudi 30 juin 2011

LE RETOUR INDIE-HIPOP DE STEREO MCS

Le groupe britannique Stereo Mcs fit décoller les charts et secoua les dancefloors aux débuts des années 1990 par la grâce d'un titre phare, "Connected", puis "Deep, down and dirty" en 2001 fit à nouveau son effet. Adeptes d'un mélange de hip-hop, électro-indie-dance et d'un soupçon d'esprit rock, Rob Birch et Nick Hallam, duo originel du groupe,et leurs comparses font un retour donc inattendu avec ce nouvel opus "Emperor's nightingale", aux entournures pop british (mais pas uniquement), prévu pour la rentrée. Après un "Double bubble" en demi-teinte en 2008, les londoniens n'ont donc pas dit leur dernier mot. Douze titres aux rythmes groovy pop accompagnés de mélodies accrocheuses qui pourraient faire battre la mesure aux djeuns. les Stereo Mcs ont plus d'un tour dans leurs platines et le sens de la dance, la vraie. Fuckin' connected again, brothers ans sisters !
> 2 nouveaux titres "Boy" et "tales"  extrait de "emperor's nightingale" et le tracklisting de l'album




TRACKILISTING

1. Wooden Heart
2. Boy (feat. Jamie Cullum)
3. Phase Me
4. Far Out Feeling
5. Sunny Day
6. Manner
7. Tales
8. 2 can do
9. Bring It On (Path To The Mind And The Soul And The Spirit)
10. Levitation
11. Desert Song
12. Wooden Heart Reprise

jeudi 23 juin 2011

SMOOVE & TURRELL : QUAND LA SOUL SORT LA GROOVE ARMADA


La voix soul de John Turrel a peut-être trouvé chaussure à son pied avec le producteur dj Smoove. L'expérience de ce dernier dans le domaine du groove n'étant plus à faire, il a doublé la mise avec ce second opus du duo Smoove + Turrell, "Eccentric audio". Les deux gaillards originaires de Newcastle distillent de la funk-soul qui met les bouchées groove et n'aura de cesse de vous chatouiller les gambettes cet été. Let's smoove tonight !
> "Slow down" et  "Broke" extraits de "Eccentric audio" suivis de "don't go" et "you don't know" du premier album "Antique soul"