lundi 25 juillet 2011

MIOSSEC : GROS TEMPS POUR SEPTEMBRE

Avec "Finistériens", Miossec semblait arriver à un tournant, à un cap. Ca tenait encore la route mais ça commençait à ronronner, trop dans le style. Et voilà que s'annonce un nouvel opus pour le 12 septembre : "Chansons ordinaires". Le Brestois a changé d'équipe de musiciens pour se mettre en danger, se lacher dans la tempête rock où les guitares grondent comme le tonnerre de sa ville native. Des vents vifs, qui claquent en pleine figure. " C'est un disque impulsif, avec du ventre". Le premiers titre annonce la couleur : temps gris et lourd avec quelques éclaircies à l'horizon. Textes incisifs, mots secs et directs, qui font mouche. Miossec se régénère et nous avec. Gustave de Kervern, personnage de Groland et réalisateur avec son acolyte Bruno Delépine, est venu à Ouessant. "Chansons  pour les amis" est l'illustration visuelle du premier titre. On va enfin pouvoir aller boire un coup ! A ta santé, Miossec.

mercredi 20 juillet 2011

PORTRAITS D'ETE : DJ ZEBRA

Dj Zebra en répétition avec le Bagad de Carhaix avant leur concert du 16 juillet 2011

1. PLATINES ON THE ROCK
En guise de cadeau d'anniversaire, samedi 16 juillet, il s'est offert les Vieilles charrues.  Cerise sur le plateau, "Le picardo-bretonno-parigot" né dans la Somme, Dj Zebra, s'est associé au Bagad de Carhaix pour intégrer les bombardes à "Right here, right now" de Fat Boy Slim, revu les Daft Punk sous cornemuses et percussions, ou encore revisité Arno, Iggy Pop, AC DC, The Doors, Depeche Mode.... " C'est un groupe de rock avec des musiciens de bagad que j'utilise comme une section. Je leur fais jouer des thèmes qui ne sont pas bretonnants. Ce n'est pas ringard, ni plouc mais totalement vivant". Aussi étonnant qu'inédit tant la connexion prend remarquablement corps.




> Remix la culture rock. Le breton adopté se fit d'abord connaître pour ses bootlegsmélange de morceaux (2 ou 3 pour n'en faire qu'un), avec les Zebramix qu'il réalise pour la radio rock parisienne Oui FM en 2003. "La notion de sampling, de prendre des échantillons des autres, a commencé en 1993 avec le groupe Billy Ze Kick et les Gamins en folie, je trouvais ça drôle. Je voulais faire de la musique sans tabou, prendre la musique des Doors par exemple et en faire ce que je voulais. Il y avait une démarche libre, joyeuse et festive. Je suis alors arrivé presque par hasard aux bootlegs. Ça a débuté en faisant des mélanges chez moi,  puis en 1990 avec l'arrivée des bootlegs anglais, je me suis lancé mais avec des groupes ou artistes français. Aucun dj ne passait du rock français en boîte, c'était pas permis. Donc j'ai tenté le coup. Oui FM m'a suivi car ils trouvaient que c'était du djing rock. J'ai fait près de 500 bootlegs pour l'émission et le live. Mais là je suis arrivé en bout de course". Pour varier la formule, il invite alors des chanteurs comme Cali, Axel Bauer ou des musiciens comme Denis Barthe de Noir Désir pour jouer en live avec lui. "Je suis devenu le dj du milieu rock, car j'en faisais à la base, je ne voulais pas être dj de discothèque"


ON STAGE WITH ZEBRA from Zebra on Vimeo.
> Provoc'n'roll. "Ce qui m'a toujours amusé, c'est de choquer les gens. Au début des bootlegs, c'était un peu difficile, parfois je me faisais siffler. Certaines personnes étaient très hostiles, limite cassage de gueule : "T'as pas le droit de faire çà, mélanger ma chanson préféré à un truc ignoble". D'autres personnes trouvaient çà drôle, inédit, c'était une révélation pour eux. Ça m'amusait car ça ne laissait personne indifférent. De plus, pour moi, c'était le vrai mouvement musical des années 2000. On était dans le fantasme, le détournement, quelque chose de piraté et de fun. Et le fait qu'il n'y est pas eu de disque, c'est bien en fait, car c'est resté un mouvement libre, anarchiste et vraiment punk."


Live Dj Zebra from Hugues Bougouin on Vimeo.

2. SORTIR DES ZEBRA(MIX)
Avec son faux air de Bruno Salomone, Antoine Minne sort aujourd'hui du (dj) Zebra pour renouveler sa formule. "Je suis dans une autre forme de démarche, celle de monter des projets comme celui de Carhaix. Je suis revenu à l'expression instrumentale." Et comme la p(l)atine du temps a fait le sien, il terminera prochainement sa vie de dj "bootlegs" par une ultime série des soirées mix. Ensuite, il se présentera avec un orchestre d'harmonie (ensemble de cuivres) au festival de jazz de Nimes le 22 octobre, "quelque chose de plus cuivré". Il a composé également "Bubbles", la bande originale du film "Les enfants du nouveau monde", et celle qu'il fera prochainement avec le même réalisateur Jean-Sébastien Desbordes s'intitulant "Happy New year" (diffusé à la rentrée sur France 2). Il s'amuse aussi à réaliser un intéressant hommage à Gainsbourg pour les 20 ans de sa mort, augurant d'une nouvelle tournure de son travail. "Ce sont des ouvertures qui m'intéressent mais je veux aussi proposer mon propre répertoire, mes compos, pour prouver que je ne fais pas que du mix, que le projet peut s'exporter ailleurs." Ouvert sur l'avenir sans en avoir dessiné les contours à long terme, dj Zebra semble perdre petit à petit ses 2 premières lettres de noblesse tout en (re)gagnant ses galons de musicien qu'il n'a jamais cessé d'être. Il est le liant entre la culture rock passée et l'avenir du son. Il pratique la musique comme il se joue d'elle sans se prendre ni perdre la tête. Entre création, réinterprétation, jeu, plaisir et rock'nroll. Il est libre, (zebra) mix, y'en même qui l'ont vu jouer. J'adooooooore, 1,2,3,4...


ZEBRA Bubbles - teaser 1 from Zebra on Vimeo.


JE SUIS REVENU VOUS DIRE ... GAINSBOURG from Zebra on Vimeo.