mardi 30 août 2011

PORTRAIT D’ÉTÉ : LADYLIKE LILY

I'm not "scaer" anymore. Seule sur scène, ce petit brin de femme, balaye timidement la foule amassée sous le chapiteau du Cabaret breton aux Vieilles Charrues, en ce dimanche 17 juillet 2011. "Le projet est né l'an dernier mais au départ je ne voulais pas faire cela en solo, ça me faisait peur de monter sur scène puis peu à peu j'y ai pris goût, je me suis professionnalisé et j'ai foncé un peu tête baissée". Par sa voix, le charme opère, les petites mélodies cristallines, malicieuses, les saynètes soyeuses remplissent l'espace. Quelques notes électro zèbrent ses boucles éthérées. Pour sa troisième grosse date après les Transmusicales de Rennes et le printemps de Bourges, Ladylike Lily s'affiche seule et affirme son style. Exit les premières formations "Ma veuve blanche "ou "Youth Less". "Il y a eu des rencontres, des gens qui m'ont conforté dans cette voie". Dans une folk acoustique à la voix proche de Bjork (sans les éxubérances), dans la lignée de l'écurie 4ad féminine (Belly, ...), la jeune chanteuse a écouté autant de folk irlandais (mère harpiste) qu'américain, de chansons française ou de rock. "C'est un mélange de plein de styles différents. J'ai intégré toute ces données, je m'en suis nourri puis il en est ressorti ce que je fais aujourd'hui, de la pop-folk". La fille de Scaer (Finistère) manie alors sa folk champêtre, bucolique, jouant de la guitare, du clavier et activant une pédale de boucles qui enchevêtre ses univers aériens. 
She's a lady, lily. Entre poésie et mélancolie, ses mélodies pastorales content les joies et les peines de l'existence, celles de l'enfance et de l'amour. Un univers intimiste "féminin, sensible et doux". Orianne Maesilli est devenu Ladylike Lily, femme-enfant, qui offre un voyage entre maturité et spontanéité. Du haut de ses 25 printemps, elle a su développer son pays des merveilles. Les petites chansons écrites dans sa chambre s'étalent au grand public, celui qui, du bouche à oreille, de myspace aux premières parties de Moriarty, Yodelice ou Zaz, découvre ses atmosphères velouteuses et sa façon de chanter avec douceur dans la langue de Shakespeare. Un premier ep éponyme de 5 titres, sorti en décembre 2010, l'expose alors encore davantage. "C'est une carte de visite pour les professionnels et un petit souvenir pour les gens après les concerts". Et si les grosses dates commencent à se multiplier, elle ne néglige pas pour autant les "petits concerts". "Je tiens à respecter le public qui vient comme çà dans un bar pour une petite date, j'aime voir la tête des gens, qu'ils soient nombreux ou pas. Je prend le temps de discuter avec le public après le concert, c'est quelque chose auquel je tiens vraiment pour garder le lien. J'aime la scène de plus en plus." On commence à croire qu'elle y fera un bon bout de chemin et deviendra une jeune dame de la chanson.


LadyLike Lily - Creepy Bird from Simon Guyomard on Vimeo.



ladylike lily - pearl and potatoes from Clement Gino on Vimeo.






Aucun commentaire: