mardi 17 avril 2012

LOU DOILLON POUSSE LA CHANSON AVEC "I.C.U."

Placée sous le haut patronage d'Etienne Daho, l'actrice Lou Doillon se lance dans la chanson avec un premier titre en forme d'acronyme anglais "I.C.U." disponible le 23 avril suivi du E.p "I.C.U." le 11 juin (sorties digitales). Produit par le maître des manettes Philippe Zdar (la moitié du duo Cassius), les chansons ont été écrites et composées par la miss Doillon qui les avaient sous le coude depuis longtemps. A la première écoute du single (à écouter ici), on se surprend à ne pas trouver cela ni niais ni fade contrairement à l'ouvrage de certaines de ses consoeurs mais au contraire assez envoûtant. Sa voix est d'ailleurs assez peu reconnaissable d'entrée de jeu. Une bonne surprise à suivre.

CYRIL ATEF PROPULSE LA B.O. DE "VIVA RIVA"

Batteur-percussionniste de M lors des concerts (et parfois en studio), membre de Bumcello (duo avec Vincent Segal), créateur de Congopunq, Cyril Atef a réalisé la BO de Viva Riva, film du réalisateur congolais Djo Tunda Wa Munga qui sort sur les écrans français le 18 avril. Rencontre avec celui qui concocté la marmite bouillante de transe, d'electro et de musique africaine.

"J'ai tout de suite pensé à un film  de Tarantino ou de Tony Scott  version congolaise.  Le scénario m'a tout de suite parlé : musique, gangsters, trafic de pétrole, sexe, magouille, bière, discothèque... C'est une bonne description de Kinshasa à une certaine époque" souligne d'emblée Cyril Atef.


B.O CONGOLAISE. Ce n'est pas un hasard si Cyril Atef est à l'aise pour réaliser cette bande originale de film. Congopunq est déjà dans cette vibration, dans ce groove matiné d'electro et de transe africaine. "Le producteur du film Boris Van Gils a entendu un morceau de Congopunq sur radio Nova et en a parlé à Fabrice L'hérisson, le 
programmateur du festival Factoryqui est aussi un ami. Ce dernier m'a contacté et il y a eu ensuite un appel d'offre pour 4 ou 5 compositeurs. J'ai finalement remporté la mise. J'ai rencontré le réalisateur Djo Tunda Wa Munga par la suite sur Paris. Il m'a parlé du scénario et m'a dit qu'il cherchait un son très urbain, un mélange d'électro, de musique roots et de transe africaine comme on peut l'entendre dans les rues de Kinshasa". 



LE POULS DE KINSHASA. Pour mieux s'imprégner de l'ambiance à saisir, le réalisateur lui alors suggère de venir sur place, à Kinshasa pour prendre les pulsations urbaines. "J'y suis allé 10 jours en juin 2009, pour trainer dans les clubs et pour sentir les vibrations de la ville. Le premier jour, j'ai participé au tournage dans un bar. Nous avons fait un essai avec quelques acteurs. Je sortais tous les soirs pour aller voir plein de groupes. J'ai pris un kiff énorme. Je demandais à chaque groupe de jouer avec eux. Ils étaient surpris de voir un grand blanc prendre les baguettes ou jouer des percus mais ça s'est bien passé. Avec le réalisateur et son équipe, nous sommes aussi allés dans les clubs car certaines scènes se situent en discothèque. J'écoutais déjà de la musique congolaise depuis une vingtaine d'années mais j'ai découvert là-bas des pépites incroyables, des groupes comme Basokin ou Bayouda qui viennent de la région du Kasaï. De la bombe absolue, en musique comme en danse. Cela m'a inspiré pour certains morceaux".

        
B.O., BUMCELLO, CONGOPUNQ. Rentré à Paris, il commence à travailler seul dans un studio du 19ème arrondissement de Paris avec Jean-Pierre Sluys, compositeur et ingénieur son. "J'ai ensuite appelé le guitariste Flamme Kapaya, qui m'a énormément apporté son savoir-faire sur la rumba zaïroise et le ndombolo. Le tromboniste Yves Robert et Thomas Bloch, qui joue des Ondes Martenot et du Crystal Baschet, m'ont aussi prêté mains fortes. J'ai enfin envoyé quelques morceaux à Kinshasa pour que le rappeur du ghetto Papy M'bavu y participe. Le musicien réalise ainsi les morceaux sans avoir vu les images du film. "J'envoyais les titres à Kinshasa puis le réalisateur les validait ou pas. Je n'ai vu les rushs du film que plus tardivement". Alors que le film "Viva Riva" sort mercredi 18 avril, Cyril Atef a encore du pain sur la transe. Il travaille déjà sur le prochain disque de Congopunq et sur celui de Bumcello, avec son compère Vincent Ségal, qui devrait sortir à la rentrée 2012. Le batteur-percussionniste suit également de près la sortie (le 25 avril) du film "Tue-moi" de sa soeur Emily Atef qui vit dans leur ville natale, Berlin. 



lundi 16 avril 2012

CHAPELIER FOU ÉMERVEILLE EN PAYS ELECTRO

Chapelier Fou a, depuis son apparition musicale en 2008, affiné son mélange d'instruments classiques (violons, violoncelles,...) qu'il joue seul avec une programmation électronique, expérimentale et pop. Avec "Invisible", le français muscle son jeu, le gonfle de groove, le peaufine et accélère parfois le tempo. Il s'entoure également des voix de Matt Elliot (The third eye foundation et de Gerald Kurdian (This is the hello monster) qui élargissent son champ sonore. Son premier album "613" et les trois précédents ep affichaient une hybride expérimentation qui lorgnait plus vers le trip-hop. Le Messin Louis WarynskiIl, l'homme derrière la machine et les instruments, livre ici un agréable voyage aux pays de l'electronica et de la mélodie .






mardi 10 avril 2012

ALABAMA SHAKES : LA SOUL PUISSANCE ROCK

Une voix puissance, profonde, fondatrice qui rugit de la soul dans un rock chargé de blues originel et balaye tout sur son passage. Avec "Boys and girls", Alabama Shakes, le groupe de Brittany Howard, l'époustouflante chanteuse-guitariste, confirme le bien fondé des espoirs que les quelques extraits avaient placés en lui. Originaire d'Athens (Usa, ville de REM), le quatuor démontre son potentiel dans ce premier album qui embrase les corps, remue l'esprit, éructe et mugit hors de l'ennui. Jack White s'est trouvé des solides amis, des frères et soeur de sang, en chair et en rock.





mercredi 4 avril 2012

QUANTIC & ALICE RUSSELL MÈNENT LA DANSE

Le prolixe et talentueux musicien Quantic, domicilié en Colombie, a embarqué Alice Russell à Cali pour porter haut les couleurs de la soul, du funk, du jazz, du blues ou de la musique latine roots (son boogaloo 70'S de Miami et New-York) avec "Look around the corner". La voix d'or de la demoiselle assistée par de remarquables voix gospel sied à ravir les compositions de Will Holland (alias Quantic) accompagné de son Combo Barbaro en grande forme. Le duo prolonge la magnifique performance déjà orchestrée avec le Quantic Soul Orchestra, sur "Pushin' on" il y a quelques années. Résultat : Brillant. Ça swing, se trémousse et chaloupe avec brio et classe en toute décontraction. L'envie de pousser les meubles et de faire la danse du printemps nous prend alors. Pas avare de projets, Quantic venait de sortir un projet aussi sympathique qu'étonnant :  Los Miticos del ritmo où il reprend Queen...en version cumbia. 













mardi 3 avril 2012

LES CHANSONS DANDY DE BARBARA CARLOTTI

"L'idéal" avait déjà placé de sérieux espoirs sur celle que l'on avait découvert avec "Les lys brisés" en 2006.  Avec "L'eau, l'argent, le vent", 3ème album, Barbara Carlotti dévoile des chansons racées, élégantes, dégageant une grâce sensuelle. Accompagnée par une musique chatoyante qui fricote parfois avec l'électro, sa voix chaude, grave et singulière orne magnifiquement les mots qu'elle fredonne et chante. Les atmosphères sont mélancoliques, délicates, poétiques, littéraires et cinématographiques scintillant en pleine lumière ou cherchant l'ombre, les clairs-obscurs, la tangente. Cette grande dame de la chanson aime naviguer dans des univers bigarrés, varier les intensités et quitter les chemins balisés. Baroque, pop, rock, classique et originale, dandy dans la nébuleuse, Barbara Carlotti est, comme son confrère Dominique A, une chanteuse à part.
> Ecouter l'album




lundi 2 avril 2012

"APRES" : LE NOUVEL IGGY POP EN MAI SUR VENTES PRIVEES.COM

L'iguane sortira de sa tanière le 14 mai prochain pour présenter son nouvel album auto-produit intitulé "Après". L'icône punk Iggy Pop chamboulera ainsi les codes de vente en le proposant uniquement sur ventesprivees.com pour 7 euros. Pour cette somme raisonnable, l'ex-chanteur des Stooges revisite quelques classiques tant français qu'internationaux (Joe Dassin, Yoko Ono, Gainsbourg, Brassens, Beatles, Sinatra, Henri Salvador ou Edith Piaf...) en version crooner jazzy et autres.
> Ecouter la reprise d'Edith Piaf, la vie en rose ici.


Tracklisting

1. Et si tu n’existais pas (Joe Dassin)
2. La Javanaise (Serge Gainsbourg)
3. Everybody's Talkin' (Harry Nilsson)
4. I'm Going Away Smiling (Yoko Ono)
5. La vie en Rose (Edith Piaf)
6. Les Passantes (Georges Brassens)
7. Syracuse (Henri Salvador)
8. What Is This Thing Called Love (Cole Porter)
9. Michelle (The Beatles)
10. Only the Lonely (Frank Sinatra)