samedi 28 mars 2015

PHANTOM : L'AFRO SOUND SYSTEM DE DJ OIL


Le précédent opus "Black Notes" lui a laissé un goût amer et un sentiment d'inachevé. "Black notes a été l’expérience la plus douloureuse de ma vie avec un album qui se trouve dans le placard de Discograph/Harmonia Mundi. La tournée live a aussi été annulée ainsi que mes éditions à vie chez Discograph. Ce label a saccagé mon album par l'incompétence de son directeur mais je préfère ne plus en parler... Ce fut quatre ans de travail gâché par la bêtise." 

L'ex-membre des Troublemakers, "dont l'image ne m'aide pas", pourra se refaire une santé avec Phantom, nouvel opus où suinte encore sa patte de félin des platines et du sample, celle qui insufflait le groove du groupe. La sortie de cet album s'avère cependant être presque le fruit du hasard. "Phantom est un album auquel je ne m'attendais pas du tout. Il est arrivé par hasard après avoir posté 24 titres sur ma plateforme soundcloud. Ces titres erraient sur mon disque dur. Le label bbe m'a contacté et voilà ... Ils ont choisi 12 titres qui se trouvent être des titres enregistrés en studio dans les conditions du direct avec des samples de musiciens enregistrés entre 2009 et 2013. D'autres morceaux sont enregistrés en live sans retouche, un peu comme une galerie de peintures." Seule la voix de  Kevin M. Derrig apparaissant sur le premier titre "Drop out", a été enregistrée à distance. 

Phantom dévoile alors une électro empreinte de funk tropical, de soul urbaine mais aussi de racines afro. Une patte noire comme un héritage de son écoute de la musique black aussi bien ancienne qu'actuelle. Du spoken word, des samples parlées en anglais ou brésilien apparaissent sur ce groove insidieux qui fait son chemin dans notre tête, qui s'installe petit à petit, qui s'insinue, lancinant. Phantom est une errance à travers une ville africaine imaginaire, surpeuplée, qui grouille d'un monde parlant  anglais ou brésilien. Un périple ponctué de flashs de New York ou de la savane.

Dj Oil défendra son album sur les routes en tant que dj et continuera à produire sa musique. "C'est très difficile d'en vivre. Tout a changé, il faut être productif de plus en plus et je dirais que c'est tant mieux."