vendredi 28 septembre 2012

LES PAYSAGES MAGNÉTIQUES DE RAYCORD

L'artiste québécois Raycord est, non pas perdu dans la nature (il vit dans la campagne canadienne), mais gagné par elle. Après "l'hiver blanc", il nous fait pénétrer dans "Ruban-ruban", exploration sonore de 14 titres. Sur ce deuxième album, on ressent presque la vapeur sur la vitre, le crissement des pas dans la neige, le vent qui souffle sur les feuilles, la rigueur du climat et la joie d'une boule de neige compactée dans nos mains. Mélange d'enregistrements analogiques (Wurlitzer par exemple...) passés par le filtre de la bande magnétique (ruban) et revisitée par l'electronica, sa musique est sculptée, malaxée, découpée, scotchée, retournée, inversée. Elle révèle alors la beauté d'un groove trituré, délicat, soyeux, atmosphérique et parfois rugueux. On s'aventure dans un paysage sonore enrubanné par la nature, dans de fins climats ambient, électro et trip-hop. "Ruban-ruban" est un album frais et enivrant comme un alcool fort qui réchauffe par grand froid.

N.B. : Raycord fait partie de l'excellent label Phonosaurus dont je ne saurais trop vous conseiller d'aller jeter les deux oreilles sur les autres artistes (Astrid Engberg, Berry Weight, Mattic, Dirty Art Club déjà évoqués en ces pages, et bientôt The Broken Orchestra et Marina Quaisse) .

Raycord - 8mm from Phonosaurus on Vimeo.








Aucun commentaire: